Créer un récit partagé et des communautés prospères grâce au patrimoine culturel

Lorsque Notre-Dame a brûlé, le monde a pleuré. La réponse a été exceptionnelle, sans précédent et très claire : un sentiment universel d’appartenance et de lien avec la cathédrale mythique a été partagé par des millions de personnes dans le monde.

Dans l’histoire récente, d’innombrables autres sites du patrimoine culturel qui font partie d’un récit commun qui s’étend au-delà des frontières, des cultures et des mers, ont également été perdus et endommagés. La Citadelle d'Alep, les Bouddhas de Bamiyan, les mausolées de Tombouctou, ce sont autant de sites aux histoires profondément enracinées et d'importance mondiale qui se trouvent dans des situations précaires.  

Naouël, étudiante en droit international et PLACE Catalyst, est passionnée par la protection de notre patrimoine culturel commun. La famille de Naouël est originaire d'Oran, en Algérie, mais elle habite dans les vastes espaces du nord de la France. Ayant grandi dans une petite communauté, elle se sentait souvent différente : la culture et les traditions de sa famille ne correspondaient pas entièrement à celles de ses amis. Pourtant, enfant, c’est lors de ses cours d’histoire et de ses visites de sites historiques qu’elle a le sentiment de surfer sur la même vague que ses camarades de classe.

 

Le vaste patrimoine culturel que l'on trouve en France est devenu un élément important de l'identité de Naouël. Aujourd'hui étudiante en droit international, elle se passionne pour la protection du patrimoine culturel pour les générations futures. 

Grâce à PLACE, Naouël développe ses compétences en narration pour inspirer les autres à agir pour protéger notre patrimoine culturel commun. Son message est haut et clair : le patrimoine culturel partagé doit être exploité comme un outil pour construire des sociétés fortes et diversifiées. Issue d'une famille au passé migratoire récent, l'héritage culturel qu'elle a découvert en France et en Algérie lui a permis de créer des liens forts avec ces terres qui revendiquent toutes deux une part de son identité. Elle considère le patrimoine culturel comme un outil puissant permettant aux sociétés européennes d’accueil de créer un récit commun avec les nouveaux arrivants et d’accélérer le processus d’intégration. 

 

Début novembre, Naouël a assisté à un récent événement au Centre culturel canadien qui a adopté une autre approche pour protéger le patrimoine culturel : la sensibilisation à travers l’art. Déplacement est une exposition d'art qui explore la nécessité de protéger le patrimoine culturel commun et les responsabilités des acteurs mondiaux. À travers cette exposition, l'artiste canadien Dominique Blain met en lumière les sites antiques et les œuvres d'art qui sont à l'origine des civilisations anciennes, en rendant hommage aux œuvres perdues et en levant le drapeau d'avertissement pour les pièces en danger.    

Il y a un sentiment d’innovation et d’utilité à tirer parti des anciennes ressources pour répondre aux besoins futurs. Les personnes dotées d’un œil nouveau, comme Naouël, sont précieuses pour le travail nécessaire visant à créer des sociétés où des identités complexes peuvent prospérer ensemble. 

 

Dominique Blain, Bamiyan, 2013, Impression numérique au jet d'encre sur papier/inkjet digital print on paper

 

 

fr_FRFrench